14 septembre 2007

Badagou et Gougueline

1

Ce matin BADAGOU a perdu un œil dans l’herbe.

«  Comme c’est curieux » se dit il.

« Comment peut on perdre un œil comme çà, du jour au lendemain ?

Et pourquoi un seul et pas deux ?

Pourquoi le gauche et non le droit ?

Et pour quelle raison cette chose bizarre m’arrive..à moi, BADAGOU ? »

2

Puis en relevant la tête, BADAGOU s’aperçoit avec stupeur que même privé de son œil, il continu à voir

de la même façon.

Sa vision n’est absolument pas troublée et le paysage devant lui reste inchangé.

3

GOUGUELINE qui passait par la, semble amusée de voir son ami dans un tel état de surprise.

« - Pourquoi souris-tu GOUGUELINE ? C’est vraiment pas drôle de perdre un œil ! »

« - Mais ce n’est pas triste non plus » lui répond elle.

« L’œil qui se trouve dans l’herbe est l’œil qui voit le bon côté des choses.

Avec lui, tu peux voir le ciel bleu au dessus des nuages.

Tu peux aussi contempler toutes les merveilles que tu possèdes déjà et non les bricoles qui te manquent.

C’est l’œil qui t’offre des Amis car il est celui qui ne juge pas.

Et c’est surtout grâce à lui qu’au fond de ton cœur les plus belles fleurs du monde ont envie de pousser….

4

Mais il faut dire que depuis quelques temps maintenant mon petit BADAGOU, tu préfères regarder que ce qui ne va pas .Tes petits bobos, ton impatience, les grands et minuscules tracas de tous les jours.

Voilà pourquoi, l’œil du bon coté des choses en a eu assez d’être dans l’oubli et s’est laissé tomber dans l’herbe afin que tu te rendes compte qu’il existe lui aussi. »

BADAGOU comprit à ce moment la qu’il était entrain de perdre son meilleur compagnon de route et que par sa faute il risquait aussi de se retrouver tout seul jusqu’à la fin des temps.

« Mais que puis je faire GOUGUELINE ?

je ne savais pas que je pouvais lui faire autant de peine. »

De grosses larmes se mirent à couler le long du nez de BADAGOU, des larmes qui jusqu’ici l’empêchaient de voir toute la magie du monde.

5

Alors GOUGUELINE, sans hésitation, pris sa baguette magique de l’amitié, et renvoya l’œil du bon coté des choses tombé dans l’herbe, rejoindre l’eau salée des larmes de BADAGOU.

6

A cet instant précis, à des kilomètres à la ronde, on pouvait entendre pousser des fleurs de joie et le bleu du ciel s’engouffrer en éclat de rire dans la bouche de notre cher BADAGOU.

FIN

Posté par MYREIL M à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Badagou et Gougueline

Nouveau commentaire